La mensuelle de l'apprentissage - Newsletter avril 2022
 

Suivez les nouveautés de l'apprentissage et découvrez une fois par mois une actualité, un acteur et un cas pratique, liés à l'apprentissage.

Cette fois-ci, voyons les propositions des acteurs de la formation en apprentissage en vue des présidentielles, puis nous ferons la rencontre de notre acteur du mois : Action Logement. Et nous nous demanderons combien de visites pédagogiques doivent-être organisées ?
 

  • Chaque mois, recevez notre newsletter dédiée à l'apprentissage en vous inscrivant ci-dessous :

Si vous lisez cette ligne, c’est que vous faites partie de nos lecteurs, alors MERCI BEAUCOUP d’être là !

Afin de vous proposer une newsletter qui correspond à vos attentes, et de nous améliorer pour les prochains numéros, on vous propose de nous donner votre avis.
Trois questions, 3 minutes max, et notre reconnaissance éternelle.
 

 

Donner mon avis

 

 

  • Actualité

Présidentielle : les groupes d'influence de l'apprentissage à la conquête des candidats

Ces dernières semaines vous avez dû recevoir de nombreuses synthèses sur les propositions des candidats à la présidentielle. Bon maintenant qu’on est entre les deux tours bon nombre d’entre elles vont tomber aux oubliettes !

Alors chez MGACF on a préféré s’intéresser aux propositions portées par des acteurs reconnus sur le sujet et on s’est amusé à chercher où étaient les convergences et les divergences. Histoire de voir celles qui pourraient revenir sur la table et peut-être s’imposer lors des discussions à venir du quinquennat qui s’annonce.

Le premier thème, repris par plusieurs organisations, porte sur la simplification des dispositifs de gestion, et par là, le questionnement du financement de l’apprentissage.

Illustré par l’Anasup à travers des propositions visant à fluidifier le traitement administratif des contrats d’apprentissage ou les remontées d’informations des CFA, mais également par la FNADIR, proposant le maintien durable des aides actuelles, voire leur élargissement à toutes les années d’apprentissage.

C’est le FCU qui va le plus loin sur le sujet en proposant la rédaction d’un code de la formation professionnelle, pour ne plus avoir à jongler entre le code de l’éducation et le code du travail.

ANASUP

Proposition 2.4 Simplifier et renforcer l’équité des aides aux apprentis (premier équipement, restauration, mobilité…), quel que soit l’employeur, public ou privé, et le secteur d’activité

Proposition 3. 6 Recenser tous les appels à projets OPCO sur un portail dédié de France Compétences, dans lesquels un pourcentage minimal serait fixé pour les formations interprofessionnelles

Proposition 5.1 Faciliter la délégation des formalités administratives aux CFA en appui de la contractualisation des entreprises

Proposition 5.2 Sécuriser, fluidifier et uniformiser les process de gestion des contrats et les circuits de financement entre les OPCO, par l’existence d’un portail unique

Proposition 5.3 Forfaitiser chaque type d’aides auxquelles peuvent prétendre les apprentis (aides au premier équipement, aides à la mobilité internationale, aides pour les apprentis en situation de handicap)

Proposition 5.4 Simplifier les collectes d’informations auprès des CFA sur une plate-forme unique

Proposition 5.5 Proposer un moteur de recherche unique et opposable des rémunérations des apprentis, par branche professionnelle, pour une connaissance claire, juste et partagée des planchers de rémunération.

FCU

Proposition 1. Les périmètres et statuts des services de formation professionnelle ne sont que brièvement décrits dans le code de l’éducation en référence au décret de 1985. Leurs activités relèvent pour partie des codes du travail et de la consommation : une évolution du code de l’éducation, voire la rédaction d’un code de la formation professionnelle, pour mettre en convergence ces trois codes permettrait de doter les activités de formation professionnelle universitaire de nouveaux outils de développement (principe de spécialité, simplification administrative et comptable, périmètre et compétences de filiales…)

FNADIR

Proposition 2 : assurer un financement pérenne de l’apprentissage, en commençant par repousser de 6 mois la révision des niveaux de prise en charge des contrats, prévue en juillet ;

Proposition 3 : maintenir durablement les aides actuelles à l’embauche d’apprentis et réfléchir à un système de modulation des aides en les orientant en priorité vers les métiers en tension

Pour les entreprises employeuses, ensuite, avec l’extension de l’accompagnement par les pouvoirs publics aux deuxièmes et troisièmes années d’apprentissage au-delà de la seule première.

MEDEF

-harmonisation des aides aux entreprises pour les différentes formes d’alternance afin d’inciter au recrutement durable d’apprentis et d’alternants

Le débat entre soutenabilité et sécurisation des modalités de financement de l’apprentissage

ANASUP

L’Anasup, propose une sécurisation des circuits de financement de l’apprentissage pour garantir des formations de qualité. A cette fin elle insiste sur la nécessité de sécuriser les financements couvrant les coûts complets de formation dans le temps et tout au long de l’année :

Proposition 3.1 Etablir un niveau de prise en charge de chaque parcours de formation par apprentissage cohérent avec la réalité des coûts complets

Proposition 3.2 Stabiliser les niveaux de prise en charge par une révision tous les trois ans pour chaque certification et avant le début de chaque campagne de contrats

Proposition 3.3 Garantir le financement de la formation intégralement délivrée en CFA en cas de rupture anticipée du contrat d’apprentissage pour diplomation

Proposition 3.4 Instaurer un paiement forfaitaire sous forme d’avance pour tout parcours de formation non financée dans un délai raisonnable (un an à partir du début de formation)

Proposition 6.5 Revaloriser les Niveaux de Prise En Charge pour tenir compte des investissements de long terme pour renforcer la politique d’investissement des CFA (et favoriser ainsi l’innovation pédagogique)

La sécurisation doit également concerner les employeurs d’apprenti dans les TPE-PME

Proposition 1. 2 Développer et faciliter le recours par les PME et start up à des apprentis du supérieur en pérennisant les aides à l’embauche

MEDEF

Proposition 3.2 Pérenniser le soutien financier public mis en place en 2020 pour les alternants, qui a été très efficace, quitte à recalibrer les montants en fonction des besoins effectifs de chaque filière.

Proposition 3.4 Une meilleure allocation des fonds permettrait de mobiliser plus de 1 milliard d’euro par an dans le financement de l’alternance :

  • en mettant fin aux exonérations de taxe d’apprentissage dont bénéficient certains secteurs d’activité (+700 millions d’euros de recettes pour France Compétences) ;
  • en mettant fin à l’affectation en apprentissage d’élèves qui devraient poursuivre leur parcours au sein de l’Éducation nationale (-160 à -210 millions d’euros de dépenses évitées) ;
  • en révisant l’ensemble des coûts-contrats (avec comme cible des économies de l’ordre de 10 % par rapport à aujourd’hui)…
  • … et en réduisant notamment les coûts contrats versés aux CFA et autres organismes de formation recevant déjà des fonds publics par ailleurs (-100 millions d’euros de dépenses).

 

Le second thème repris par la quasi-intégralité des acteurs concerne la vie des apprentis. Conscients des difficultés rencontrées, c’est l’ANAF qui en parle en majorité, mettant en avant notamment les sujets d’orientation, de mobilité internationale ou du statut d’apprenti européen.

Le Medef s’est également emparé du sujet, en proposant des programmes régionaux d’orientation qui tiendraient compte des besoins des branches professionnelles.
 

  • Orientation 

FNADIR

Proposition 1 : créer un secrétariat d’État à l’orientation qui soit en mesure d’élaborer une stratégie, de construire un plan d’action et de coordonner les différents intervenants

Proposition 4 : Prescrire l’apprentissage comme une voie choisie par les candidats à l’apprentissage, afin de continuer à valoriser ce mode de formation qui apparait encore trop souvent comme une voie de relégation (par la découverte systématique de l’apprentissage dès la classe de 3e).

MEDEF

Proposition 3.2 L’orientation doit faire partie intégrante des cursus scolaires. Elle est mal prise en charge aujourd’hui en raison des compétences partagées entre l’État et les régions. Il faut construire des « programme régionaux d’orientation » tenant compte des besoins des branches professionnelles et de l’offre de formation dans chaque territoire. Ces programmes seraient déployés durant les heures dédiées à partir de la classe de 4e.

  • Mobilité internationale 

ANAF : Faire de la mobilité internationale des apprentis une réalité

Proposition 21- Unifier le statut des apprentis européens

Proposition 22- Harmoniser les titres et les niveaux professionnels à échelle européenne

Proposition 23- Rendre possible la mobilité internationale longue à tous les parcours de l’apprentissage

ANASUP

Proposition 4.3 Mettre en place un contrat unique d’apprentissage à l’échelle européenne facilitateur de mobilité et impulser enfin un apprentissage transfrontalier

Proposition 4.4 Mettre en place un statut du jeune apprenti en mobilité englobant une couverture sociale qui ne soit plus à la charge des CFA

Proposition 4.5 Supprimer la notion de mise en veille systématique du contrat au-delà de4 semaines de mobilité et la remplacer par un droit d’option entre mise en veille du contrat ou mise à disposition, afin de permettre à l’apprenti de continuer à être rémunéré

  • Conditions de vie 

FNADIR

Instauration d’une aide unique forfaitaire annuelle (que l’employeur soit public ou privé) pour l’hébergement et la restauration dès la signature du contrat.

 

Enfin, le fonctionnement du marché de la formation professionnelle, et notamment ses obligations et contrôles, est un sujet repris à plusieurs reprises.

Que ce soit par l’Anaf, l’Anasup ou encore la FNADIR, tous réclament une meilleure articulation entre les DREETS, les régions, France Compétences et les services de l’Etat.

  • Renforcement des mécanismes de régulation et de contrôle et des moyens attribué à ces organismes

ANAF :

Proposition 13- Mettre les missions de contrôle de l’apprentissage des DREETS au centre des mécanismes de médiation et de régulation des pratiques

Proposition 14- Rendre obligatoire la formation des maîtres d’apprentissage

Proposition 15- Rendre obligatoire la présence de délégués apprentis en conseil de perfectionnement

ANASUP :

Proposition 3.5 Doter France Compétences de tous les moyens de fonctionnement nécessaires, tant sur le plan financier que sur le plan de la certification

FNADIR

Proposition 1 : créer un secrétariat d’État à l’orientation qui soit en mesure d’élaborer une stratégie, de construire un plan d’action et de coordonner les différents intervenants


Bien sûr, d’autres sujets ont été abordés dans ces propositions, comme rendre obligatoire la formation des maîtres d’apprentissage, ou modifier les conditions d’âge pour accéder à l’apprentissage.

Vous retrouverez ci-dessous les liens vers l’ensemble des propositions des différents acteurs.
 

ANAF

Créée en 2010, l’Association Nationale des Apprentis de France (ANAF), est une association à but non lucratif reconnue d’intérêt général. Elle est la seule et première organisation d’apprenti·e·s de France administrée par des apprenti·e·s ou ancien·nne·s apprenti·e·s. Elle compte environ 4000 membres.

https://www.anaf.fr/association-nationale-des-apprentis-de-france/

https://www.anaf.fr/presidentielle-2022-lassociation-nationale-des-apprentis-de-france-publie-ses-propositions/

ANASUP

Un réseau des CFA de l’enseignement supérieur pour promouvoir l’apprentissage dans l’enseignement supérieur et favoriser la professionnalisation des formations.

https://anasup.com/

https://www.formasup-paris.com/media/20220222161701_propositions_2022_anasup.pdf

FCU

La FCU est un réseau d’experts d’une centaine de membres, tous acteurs publics de la formation continue (universités, écoles, INP, CNAM…). Ce réseau s’appuie sur une association loi 1901 : la Conférence des Directeurs de Service Universitaire de Formation Continue (CDSUFC).

https://www.fcu.fr/qui-sommes-nous/

https://www.youtube.com/watch?v=gAEk-fGZBRk

https://www.fcu.fr/communique-de-presse-contribution-fcu-presidentielles-2022-un-actif-une-solution-a-luniversite/

FNADIR

La FNADIR - Fédération NAtionale des DIRecteurs de Centres de Formation d’Apprentis - a été créée en 1985.  C'est un Réseau national de plus de 500 directeurs et directrices de CFA qui forment plus de 350 000 apprentis à tous les métiers, de tous niveaux, sur tout le territoire.

https://www.fnadir.fr/

https://www.youtube.com/watch?v=4mRiRwqknis (programme de la nouvelle équipe dirigeante élue en décembre 2021)

https://www.alternance-professionnelle.fr/primaires-apprentissage/

MEDEF

https://www.medef.com/uploads/media/default/0019/99/14267-propositions-du-medef-election-presidentielle-2022-janvier-27.pdf

 
  • Acteur du mois - Action Logement

L’objectif de cette partie de la newsletter est de lever le voile sur des acteurs de l’apprentissage qui gagnent à être connus. Mais qui aujourd’hui ne connait pas Action Logement ?

Et pourtant, en échangeant directement avec eux, et avec plusieurs CFA, nous nous sommes rendu compte que l’étendue de leur champ d’intervention pour les apprentis étaient encore trop peu maitrisés. Voilà donc une présentation d’un acteur à redécouvrir !

Que ce soit en se portant garant pour appuyer un dossier auprès d’un propriétaire (Garantie Visale), en avançant tout ou partie du dépôt de garantie (Loca Pass) ou par le versement de différentes aides (Mon job mon logement, Mobili-Pass et Mobili-Jeune), Action Logement, acteur majeur du logement en France, apporte des solutions concrètes aux apprentis pour leur faciliter l’accès au logement et réduire leurs dépenses.
Action logement

VISALE, une garantie 100 % gratuite 

Action Logement facilite votre accès au logement en se portant garant pour vous, afin d’appuyer votre dossier de candidature et rassurer votre futur propriétaire. Plus fiable que la caution parentale, Visale est une solution gratuite, pour vous et votre propriétaire, et accessible à tous les jeunes de 18 à 30 ans.

Une solution simple, 100 % gratuite et accessible en quelques clics : obtenez votre visa en 48h sur visale.fr
Aide soumise à conditions et octroyée sous réserve de l’accord d’Action Logement Services. Elle est également accessible aux salariés de plus de 30 ans, nouvellement embauchés ou en mobilité ou ayant un revenu ≤ 1 500 € net par mois, et aux signataires d’un bail mobilité.

Visale est une marque déposée pour le compte d’Action Logement.

L’AVANCE LOCA-PASS® facilite le financement de votre dépôt de garantie 

Vous êtes en formation en alternance, étudiant boursier d’État, ou étudiant justifiant d’une expérience professionnelle cumulée d’au moins 3 mois dans les 6 derniers mois ?

Pour vous aider à faire face à vos frais d’installation, Action Logement vous propose l’AVANCE LOCA-PASS®, un prêt sans frais ni intérêt, pour financer tout ou partie du dépôt de garantie demandé par le propriétaire au moment de votre emménagement. Vous remboursez ensuite par petites mensualités. Votre demande peut être réalisée jusqu’à 2 mois après votre entrée dans les lieux.

Vérifiez votre éligibilité et effectuez votre demande en ligne sur locapass.actionlogement.fr

Un crédit vous engage et doit être remboursé.
Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Aide soumise à conditions et octroyée sous réserve de l’accord d’Action Logement Services. Elle est également accessible aux salariés de plus de 30 ans d’entreprises du secteur privé ou jeunes de moins de 30 ans en recherche d’emploi. AVANCE LOCA-PASS® est une marque déposée pour le compte d’Action Logement.

 MON JOB MON LOGEMENT : une aide gratuite de 1 000 € pour vous installer près de votre emploi  

Vous êtes locataire depuis moins de 3 mois et vous démarrez une activité salariée, dans une entreprise du secteur privé, dans le cadre d’une alternance ?

Si votre revenu ne dépasse pas 1,5 fois le Smic, Action Logement vous aide à vous installer en vous versant une subvention de 1 000 €.

Vérifiez votre éligibilité et effectuez votre demande en ligne sur : piv.actionlogement.fr/simulateur-mobilite

Aide soumise à conditions (notamment de ressources), disponible dans la limite du montant maximal de l’enveloppe fixée par la réglementation en vigueur et octroyée sous réserve de l’accord d’Action Logement Services. Cette aide est également accessible, sous conditions de revenus, aux salariés d’entreprises du secteur privé, locataires depuis moins de 3 mois et pouvant justifier un rapprochement domicile/travail ou domicile/formation.

L’AIDE MOBILI-PASS®, le financement de votre mobilité professionnelle

Vous êtes salarié d’une entreprise du secteur privé non agricole d’au moins 10 salariés et en situation de mobilité professionnelle (embauche, mutation ou envoi en formation) et vous devez déménager (distance > 70 km ou temps de transport > 1h15), Action Logement vous simplifie votre mobilité avec :

● le financement gratuit de votre accompagnement à la recherche d’un logement locatif par un opérateur spécialisé de votre choix* : sélection de biens correspondant à vos souhaits, organisation de visites, découverte de l’environnement…

● un prêt à taux réduit pour faire face aux nombreuses dépenses liées à un emménagement : double charge de logement, frais d’agence …

Pour plus d’informations : actionlogement.fr/financement-mobilite

Un crédit vous engage et doit être remboursé.
Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

*
Les services d’accompagnement à la recherche de logement peuvent être délivrés par des sociétés filiales d’Action Logement ou des opérateurs indépendants

" Spécial alternant" L’AIDE MOBILI-JEUNE® : Une subvention pour réduire votre loyer 

Vous avez moins de 30 ans et vous êtes en alternance dans une entreprise du secteur privé ?

Action Logement peut prendre en charge gratuitement une partie de votre loyer, jusqu’à 100 € par mois, afin de vous aider à déménager près de votre école ou de votre entreprise. Pour vous permettre de préparer au mieux votre installation, votre demande peut être réalisée dès 3 mois avant le démarrage de votre formation et jusqu’à 6 mois après le démarrage de celle-ci.

Vérifiez votre éligibilité et effectuez votre demande en ligne sur : mobilijeune.actionlogement.fr

Aide soumise à conditions (notamment de ressources) et octroyée sous réserve de l’accord d’Action Logement Services. AIDE MOBILI-JEUNE® est une marque déposée pour le compte d’Action Logement.

 

Ils ont également mis en place un site, en partenariat avec 8 régions françaises, pour permettre aux alternants de calculer les aides auxquelles ils peuvent prétendre :

https://alternant.actionlogement.fr/

En définitive, Action Logement c’est : 

  • 12 comités régionaux en métropole et 5 comités territoriaux dans les départements d’Outre-Mer
  • 13 délégations régionales
  • Près de 150 agences partout en France

Leur implantation territoriale permet à leurs agents de se déplacer sur les salons d’orientation et directement au sein des CFA pour présenter aux candidats à l’alternance l’ensemble de l’offre de service.

https://www.actionlogement.fr/

 

Combien de visites pédagogiques doivent-être organisées  ?

L’organisation des rencontres entre tuteurs pédagogiques et maîtres d’apprentissage est une pierre angulaire du fonctionnement de l’apprentissage.

Ces échanges font partie des attentes systématiquement citées par les entreprises dans la qualité de la relation avec les CFA. Et pourtant, c’est aussi une des principales difficultés d’organisation de ces derniers.

Avec le nombre croissant des apprentis, trouver assez de tuteurs, disponibles et capables de se déplacer en entreprises relèvent de l’épreuve herculéenne. Alors si en plus il faut s’y déplacer plusieurs fois, ça devient mission impossible. C’est pourquoi aujourd’hui de plus en plus de CFA font le choix des visites par visio, ou de réduire le nombre de visite par contrat.

Malheureusement, rien dans le code du travail ou dans Qualiopi ne fixe le nombre de visites minimum à effectuer par an ou par contrat d’apprentissage. Certains CFA ont leurs règles internes, des fois héritées d’anciennes règles juridiques ou régionales (qui se souvient de la première visite dans les 2 premiers mois ?)
Undraw meeting re i53h​​​​​​Alors que doit-on faire exactement ?
 

D’un point de vue légal, l’article L 6231-2 du code du travail, liste les obligations des CFA. Parmi celles-ci, le troisième alinéa précise que le centre de formation doit « assurer la cohérence entre la formation dispensée en son sein et celle dispensée au sein de l’entreprise, en particulier en organisant la coopération entre les formateurs et les maîtres d’apprentissage ».

Nous savons donc qu’il faut organiser des échanges, mais rien pour l’instant sur les modalités exactes.

Dans Qualiopi, à plusieurs reprises le référentiel aborde le sujet des liens entre l’entreprise et le CFA. Mais peut-être plus précisément dans l’indicateur 13.

Cet indicateur demande aux CFA de démontrer qu’un processus formalisé d’articulation des apprentissages en centre et en entreprise est bien mis en œuvre. On retrouve d’ailleurs dans les éléments de preuve les carnets de suivi, les comptes rendus d’entretien ou de visite d’entreprise.

Mais là encore, il manque des précisions sur les modalités précises.

Il faut donc dépasser les contraintes juridiques, et se tourner vers l’intérêt de l’apprenti et de l’entreprise.

Car au-delà de l’obligation, la plateforme Sirius, qui doit bientôt voir le jour, et qui permettra aux maîtres d’apprentissage ainsi qu’aux apprentis de laisser un avis public sur le CFA, devraient encourager les derniers irréductibles à se pencher sur le sujet.

De notre côté, lorsque nous intervenons en CFA sur l’amélioration des process, nous préconisons en premier lieu d’écouter les entreprises partenaires :

  • Quand souhaitent-elles avoir un premier contact ?
  • Quelles informations cherchent-elles à obtenir ?
  • Combien d’échanges leur semble nécessaire a priori ?

Bien souvent, nous en arrivons à une règle qui satisfait 80% des cas, et un process de gestion d’exceptions pour les 20% restant. Merci Pareto 
 

 Dernière chance pour vous inscrire 

Pour aller plus loin

Rencontrons-nous ! 

Nous serons présents sur le salon Business Expo :

  • Jeudi 05 mai 2022
  • De 9 h à 17 h
  • Sur le stand A43
  • A la Mégacité d'Amiens

Au plaisir de vous y voir !

Notre accompagnement sur-mesure

Nous répondons par mail à vos questions liées à l'apprentissage :

  • Dans un délai de 72 heures maximum
  • Chaque réponse est sourcée et expliquée

Testez-nous et posez-nous votre première question.

Maître carré

Offrez à vos entreprises partenaires les réponses qu'ils méritent grâce à un accès illimité à la plateforme de formation digitale dédiée aux maîtres d'apprentissage.

  • Des masterclass
  • Des essentielles
  • Des podcasts

Newsletter précédente - mars 2022                                                                                                                                                                                                                                                                                         Newsletter suivante - mai 2022 

MGA Conseils & Formations