top of page
  • MGA Conseils & Formations

Ouverture de la plateforme MonMaster !


Chaque mois, recevez par mail notre Newsletter "La Mensuelle de l'Apprentissage" !


Vous y retrouverez un résumé de nos articles récents et bien plus encore !



C’est parti pour la plateforme MonMaster ! Ce mois-ci chez MGACF, on vous dit tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la version 2023 du portail national des inscriptions en Master… sans jamais oser le demander… et même davantage ! Parce que oui, il y a un cadeau à la fin 😊



La plateforme « Mon Master » Kezako ?


Mon Master c’est LE portail national qui recense l’intégralité des diplômes nationaux de master (DNM) proposés par les établissements d’enseignement supérieur français accrédités, c’est-à-dire les établissements ayant fait l’objet d’une évaluation par le HCERES (Haut Conseil de l’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) afin d’être habilités à délivrer le DNM par le ministère chargé de l’enseignement supérieur.

Pour la rentrée 2023, les candidatures en première année de master se déroulent uniquement via cette nouvelle plateforme.




Attention ! Une plateforme peut en cacher une autre !


En fait « Mon Master » ce n’est pas vraiment nouveau !


C’est un Arrêté du 16 juin 2017 qui a autorisé la mise en œuvre d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « Trouver mon master » pour les « étudiants titulaires du diplôme national de licence, n'ayant reçu aucune réponse positive à leurs candidatures en première année du master de leur choix, de saisir le recteur de la région académique dans laquelle ils ont obtenu ce diplôme, par le biais d'un téléservice, afin de se voir présenter au moins trois propositions d'admission dans une formation conduisant au diplôme national de master ».


Rapidement le site a évolué vers une plateforme d’information sur les Masters. Il constitue ainsi une vitrine pour les Diplômes Nationaux de Master qui sont de plus en plus concurrencés par les formations menant au Grade de Master ou les Mastères.

Le portail TrouverMonMaster a en effet pour vocation de recenser l’ensemble des DNM existants.

Il ne recense aucun diplôme conférant grade de master, ni les autres diplômes du deuxième cycle universitaire.

Sachant que… on se le dit franchement ? Les candidats, les familles et les employeurs ne comprennent pas toujours bien la différence !!!


Dès l'origine le projet de transformer le site d'information « trouvermonmaster.gouv.fr » en site d'inscription est envisagé. Mais l’expérience de Parcoursup pour le premier cycle n’est pas la meilleure des publicités pour le projet. En décembre 2021, la mise en ligne du nouveau site est annulée in extremis en raison des oppositions et des inquiétudes qui se manifestent.


En 2022, la plateforme d’information est enrichie ! On vous livre la présentation qu’en avait fait le MESR à l’époque :

« La version 2022 du portail national des masters en ligne depuis début mars, propose une offre de formation mise à jour et enrichie de nouvelles données permettant aux étudiants de mieux construire leur projet de poursuite et réussite d’études. Avec trouvermonmaster.gouv.fr, les étudiants ont accès à toute l’information sur les diplômes nationaux de master (capacités d'accueil, modalités d'accès, attendus). Ils peuvent ainsi repérer les formations répondant le mieux à leur projet de poursuite d'études et faire des choix d'orientation éclairés. »

Et pour rire un peu, on vous met le lien vers la plateforme Mon Master version 2022 pour le plaisir d’observer l’évolution du look de celle de 2023 !

Finalement, c’est en septembre 2022, que la ministre annonce le déploiement de la plateforme Mon Master pour la rentrée 2023 pour une procédure qui s’étend de février à septembre 2023.




C’est quoi la nouveauté alors ?


Cette année, la procédure d’information et de candidature est ainsi commune à l’ensemble des masters de la plateforme !

Cette plateforme remplace toutes les plateformes existantes (comme e-candidat par exemple) et toutes les modalités de candidature précédentes. D’où l’effet d’annonce !

Elle permet :

  • De consulter l’intégralité des diplômes nationaux de master proposés par les établissements d’enseignement supérieur accrédités ;

  • De déposer ses candidatures pour l’accès en première année de master ;

  • D’être accompagné par les services rectoraux dans le cas où la candidate ou le candidat n’aurait reçu aucune réponse positive à ses candidatures.


Le calendrier est national et vaut pour tous les établissements.

Un candidat = un seul dossier pour toutes les candidatures.

Une réponse est garantie aux candidatures avant le 21 juillet.




Et concrètement on y trouve quoi sur cette plateforme ?


Le portail répertorie plus de 3 500 mentions et 8 000 parcours de master et a pour objectif de permettre aux étudiants de licence de préparer au mieux leur orientation et de construire leur projet d’études.

Le portail permet de consulter le contenu de la fiche de chaque master, qui indique notamment :

  • La mention et les parcours ;

  • Les capacités d’accueil, qui correspondent à l’effectif total d’étudiants que peut recruter l’établissement dans une mention ;

  • Les licences conseillées, les attendus, qui précisent le cursus, les compétences et les connaissances attendues des étudiants ou apprentis pour réussir dans une formation donnée, les critères d’examen des candidatures utilisés par les établissements pour le recrutement des candidats ;

  • Le taux d’accès à la formation : par exemple, si le nombre total de candidatures dans une formation est de 1 500 et si le dernier candidat admis est classé 150ème, le taux d’accès est de 10 %.

Véritable vitrine des formations, la fiche détaillée de chaque formation, accessible grâce au bouton « Voir la fiche formation » recèle une mine d’informations pour les candidats.




Et les Master en apprentissage… ils sont concernés ? Comment les repérer ?


Oui, les formations en alternance sont concernées. Celles accessibles en apprentissage comme en contrat de professionnalisation.

Mais on ne vous cache pas qu’il y a encore quelques bugs. Et que cela reste un peu le parcours du combattant pour repérer les masters en apprentissage !


Dans le menu « modalités d’enseignement » il faut sélectionner « Alternance – apprentissage ».

Si on ne sélectionne que l’onglet « apprentissage » aucune formation n’apparait !

Et si on sélectionne l’onglet « alternance » on tombe sur des formations pour la rentrée 2021 !

Mais cela sera peut-être corrigé quand vous lirez cet article !


Attention ! Les résultats de la recherche avec le filtre « Alternance – apprentissage » renvoient sur des mentions, qui peuvent comporter plusieurs parcours, dont certains peuvent être ouverts en apprentissage, mais pas tous !



Et en outre, la liste des formations « similaires » qui sont proposées en marge (à droite) d’une formation sélectionnée, ne garde pas en mémoire le filtre de recherche « Alternance - apprentissage » lorsqu’il a été sélectionné !




Mais alors ça marche pour tous les candidats et tous les masters ?

Eh non !


Certains candidats ne seront pas concernés par la nouvelle plateforme nationale de candidature.


Il s’agit des cas suivants.

  • Les candidats de nationalité étrangère (à l’exclusion des ressortissants de l’Espace économique européen, d’Andorre, de Suisse ou de Monaco) dont le pays de résidence est couvert par le dispositif "Études en France" doivent continuer à candidater en première année de master via ce dispositif et en suivre la procédure jusqu’à l’obtention d’un visa étudiant.

  • Les étudiants et apprentis n’ayant pas validé leur première année de master mais autorisés à redoubler, n’ont pas à candidater via la plateforme. Mais bon, pour les apprentis, on sait que le redoublement c’est compliqué (Découvrez notre article sur Le Redoublement des Apprentis !)

  • Les candidats souhaitant être admis en première année de master par le biais d’une validation des études supérieures (VES).


En effet, gardons à l’esprit que les blocs de connaissances et de compétences (BCC) et les unités d’enseignement (UE) sont capitalisables sans limitation de durée (Article 3 de l’arrêté du 22 janvier 2014 modifié par l’arrêté du 30 juillet 2018 – art. 2).


Mais en cas d’interruption, puis de reprise d’études, le candidat se trouve dans une situation de validation des études supérieures (VES) : les règles de prise en compte de BCC ou d’UE s’appliquent en fonction du parcours visé, de la date de validation et de l’éventuelle nécessité d’une actualisation des connaissances.

  • Les candidats souhaitant être admis par une procédure de validation des acquis professionnels (VAP).

La procédure est organisée en dehors de la plateforme. Toutefois les établissements ont la possibilité de procéder, via la plateforme, au recrutement des candidats bénéficiant de ce dispositif en vue de leur admission en première année des formations conduisant au diplôme national de master ;

  • Les étudiants dont le cursus prévoit automatiquement l’admission en première année de master, notamment les étudiants en cursus master en ingénierie (CMI). Mais bon, aucune n’est ouverte en apprentissage parmi les 75 proposées.

  • Enfin, quelques formations n’utiliseront pas la plateforme nationale pour le recrutement en première année de master.

Il s’agit notamment de certains masters à vocation internationale et les formations accessibles par le biais du concours d’entrée dans les écoles de journalisme membres de la conférence des écoles de journalisme. Dans ce cas les postulants doivent se s’adresser directement aux établissements concernés pour candidater dans ces formations.




Et les CFA dans tout ça ?


Les CFA ? Dans cette vitrine ils sont transparents ! Ils n’existent qu’en marque blanche ou quasiment.


Ils n’apparaissent jamais sur la page de présentation de la formation.

En revanche ils peuvent être mentionnés dans les « fiches formation » dont le contenu est librement décidé par les universités et parfois les composantes.

On vous invite donc, si ce n’est pas déjà fait, à demander que la « fiche formation » mentionne le partenariat avec votre CFA et renvoie sur le site du CFA pour toutes les informations spécifiques à la l’apprentissage.

Surtout s’il s’agit d’une section puisque le CFA garde la responsabilité pédagogique de la formation. Cela permet notamment de garantir que l’information diffusée aux candidats à l’apprentissage est conforme aux exigences de Qualiopi et des autres référentiels pour lesquels vous êtes éventuellement certifiés (ISO 9001, Label Diversité…).




La plateforme permet -elle d’améliorer la lutte contre les discriminations, et la sensibilisation à la mixité des métiers ?


Bonne question ! A ce propos, on a aussi lu pour vous le Rapport d’étude sur la discrimination dans l’accès aux master réalisé dans le cadre de l’Observatoire National des Discriminations et de l’Egalité dans l’Enseignement Supérieur (ONDES).

L'étude ne constate pas de discrimination significative à l’encontre des candidats en situation de handicap. C’est une excellente nouvelle !


En revanche, les résultats indiquent que les candidats d'origine maghrébine sont pénalisés dans leurs démarches. Les caractéristiques des discriminants sont en particulier sur-représentés dans les filières juridiques et scientifiques.

Le rapport montre aussi que la discrimination est surtout d’origine statistique et qu’elle est aggravée à la fois par l’organisation du recrutement (elle est plus élevée lorsque le responsable décide seul) et par l’attractivité de la formation, liée au nombre de candidats et aux débouchés professionnels du master (les filières les plus attractives sont donc aussi les plus discriminantes).

C’est dire qu’il reste des progrès à faire !


Or, on ne le rappellera jamais assez, les CFA ont dans leurs missions :

  • D'encourager la mixité des métiers et l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en organisant des actions d'information sur ces sujets à destination des apprentis (mission 8) ;

  • De favoriser, au-delà de l'égalité entre les femmes et les hommes, la diversité au sein de leurs structures en sensibilisant les formateurs, les maîtres d'apprentissage et les apprentis à l'égalité des chances et à la lutte contre toutes formes de discriminations et en menant une politique d'orientation et de promotion des formations qui mette en avant les avantages de la diversité (mission 9).


Malheureusement sur ce sujet, la plateforme n’apporte rien de nouveau. D’où l’importance des actions spécifiques des CFA en concertation avec les équipes universitaires et les cellules handicap afin de sensibiliser les équipes participant au recrutement.


D’ailleurs des cas de recours sont prévus par deux décrets :

  • Décret n° 2021-752 du 11 juin 2021 relatif aux conditions dans lesquelles les étudiants demandent le réexamen de leurs candidatures en première année d'une formation conduisant au diplôme national de master en raison de leur état de santé ou de leur handicap.

  • Décret n° 2021-629 du 19 mai 2021 modifiant les conditions dans lesquelles les titulaires du diplôme national de licence non admis en première année d'une formation de leur choix conduisant au diplôme national de master se voient proposer l'inscription dans une formation du deuxième cycle.


En cas de refus, le motif opposé par un établissement à une candidature sera automatiquement communiqué via la plateforme. Le candidat dispose d’un délai d’un mois à compter de la notification de ce refus pour demander au chef d’établissement concerné de plus amples explications.

Comme toute décision administrative, cette décision de refus peut être contestée en formant un recours auprès de l’établissement auquel vous avez adressé votre candidature. Il pourra s’agir d’un recours gracieux, adressé au responsable de formation, d’un recours hiérarchique, adressé au chef d’établissement ou bien d’un recours contentieux devant la juridiction administrative. Le recours devra être déposé dans le délai de deux mois qui suit la notification de la décision contestée.

Mais attention, selon un projet de décret, la règle sera désormais « le silence vaut rejet », appliquée dans un délai de 4 mois après la réception de la candidature. La règle actuelle du « silence vaut accord » précise qu’une formation universitaire a 2 mois pour signifier à l’étudiant s’il est pris ou non, sans quoi il est automatiquement admis.




On vous avait promis de tout vous dire et même davantage !


Oui, ce mois-ci vous avez droit à un cadeau-bonus !


Parce que chez MGACF, on ne fait rien à moitié, on a déniché pour vous l’accès aux Données du portail d’information qui présente les informations destinées au portail Trouver Mon Master (TMM) au titre des années universitaires 2019-2020, 2020-2021 et 2020-2021.


Ce jeu de données est constitué d’informations qui ont été fournies par les établissements accrédités en vue de la délivrance de diplômes nationaux de master (DNM).

Il permet par exemple d’évaluer l’évolution du nombre de parcours en apprentissage sur la période 2019-2021. De 462 en 2019. Ce nombre est passé à 647 en 2020 puis 709 en 2021. En 2023, 1133 Masters sont proposés en apprentissage sur la plateforme « Mon Master » !



On y trouve aussi toutes les informations disponibles, sur tous les parcours ouverts en apprentissage (intitulé exact, capacités d’accueil, Informations relatives à l’établissement privé d’enseignement supérieur avec lequel une convention est signée…). Une vraie mine d’or pour vos études de marché !



Alors, on dit merci qui ?


319 vues0 commentaire

Comments


bottom of page